Huit sites hongrois, sept culturels et un naturel, figurent depuis 1987 sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, dont le site s’étendant dans la capitale du mont Gellért et la colline du Château du côté Buda, en empruntant les Champs-Elysées locales pour arriver à la Place Héros du côté Pest.

  • Budapest (1987) : les rives du Danube, le quartier du château de Buda et l’avenue Andrássy constituent l’un des plus beaux paysages urbains au monde et justifient l’appellation de « Perle du Danube« 
  • Hollókő (1987) : le vieux village et son environnement est un exemple exceptionnel d’habitat rural traditionnel des 18e et 19e siècles, expression caractéristique du patrimoine ethnographique palóc. Le vieux village, véritable musée en plein air, comprend 67 maisons et bâtiments classés, dont l’église en bois construite en 1889.
  • Grottes du karst d’Aggtelek (1995) : la grotte Baradla constitue le cœur du parc national d’Aggtelek mais n’est qu’une des branches d’un immense réseau de 712 grottes parcourant plus de 26 km sous le karst slovaque.
  • Abbaye bénédictine de Pannonhalma (1996) : fondée en 996 et construite en hommage à Saint-Martin, cette abbaye territoriale illustre de manière exceptionnelle la structure et l’organisation d’un monastère chrétien en constante évolution depuis mille ans et qui joua un rôle majeur dans la diffusion du christianisme et de la culture en Europe centrale médiévale. Les premiers moines bénédictins, dont la communauté fonctionne encore aujourd’hui, fondèrent la première école magyare, toujours une des plus prestigieuses de Hongrie, et rédigèrent, en 1055, le premier texte en hongrois. De prestigieux visiteurs prestigieux se sont rendus dans l’abbaye, du premier roi de Hongrie, Étienne Ier (1000-1038), à Jean-Paul II ou au dalaï-lama qui y a effectué une retraite spirituelle.
  • Parc national de Hortobágy (1999) : terre ancestrale d’élevage et de de pâturage, la « Puszta »est la plus grand steppe d’Europe centrale et le plus grand des parcs nationaux de Hongrie.
  • Nécropole paléochrétienne de Pécs (2000) : série remarquable de tombeaux ornés érigée dans le cimetière de la ville romaine provinciale de Sopianae (Pécs), qui témoigne de la présence d’une communauté chrétienne dès le 4e siècle. Il s’agit d’une des plus importantes nécropoles en dehors de l’Italie. Les fresques de Saints-Pierre-et-Paul sont uniques en Europe centrale.
  • Paysage culturel de Fertö (2001) : deuxième plus grand lac de steppe en Europe centrale (315 km²) situé entre la Hongrie et l’Autriche, le parc national de Fertő-Hanság constitue une réserve de biosphère de grande valeur et rassemble une riche diversité de flore et de faune (plus de 250 variétés d’oiseaux y ont élu domicile). La remarquable architecture rurale des villages du pourtour du lac et plusieurs palais datant des 18e et 19e siècles ajoutent au grand intérêt culturel de ce site.
  • Paysage culturel historique de la région viticole de Tokaj (2002) : c’est la seule région viticole au monde à avoir été inscrite au patrimoine mondial de l’Humanité, terre du « vin des rois et roi des vins ». Le Piémont de Tokaj avec son réseau complexe de vignobles, fermes, villages et petites villes et son labyrinthe historique de caves à vin, illustre toutes les facettes de la production des fameux liquoreux, les « Aszú », dont la qualité et la gestion sont strictement contrôlées depuis 18e siècle.

Les festivités Busó de Mohács ont également été inscrites en 2009 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Ce carnaval de six jours marquant la fin de l’hiver tire son nom des  »busó », des personnes aux costumes effrayants portant des masques en bois et de grands manteaux de laine.