La fête de Saint-Etienne, une des 3 fêtes nationales hongroises avec le 15 mars et le 23 octobre, est la seule fête d’État officielle. Elle célèbre la mémoire de la fondation de l’État par le roi Saint-Etienne en l’an 1000. Canonisé en 1083 pour l’évangélisation de son pays, il est aujourd’hui considéré comme le saint patron de la Hongrie. Son épouse Gisèle de Bavière fut déclarée bienheureuse en 1975. Saint-Etienne, qui porte ce nom en l’honneur du premier martyr chrétien, reçoit couronne et consécration du pape Sylvestre II avec l’approbation de l’empereur Otton III. En établissant un État chrétien (fondation d’un archidiocèse, de diocèses et de monastères bénédictins), il permet aux Hongrois de s’implanter durablement dans la plaine de Pannonie aux côtés de son puissant voisin, le Saint-Empire romain germanique.

Le 20 août la célébration de la fête de Saint-Etienne à Budapest débute avec le lever des couleurs et la traditionnelle revue devant le Parlement. S’en suivent une grande parade sur le Danube, puis une parade aérienne au-dessus du fleuve. L’après-midi, après une messe solennelle dite sur le parvis de la basilique Saint-Etienne, une procession présente la main droite momifiée du souverain, la Sainte-Dextre. Les festivités sont aussi l’occasion de cuire le pain nouveau et de goûter au gâteau national. Elles se ponctuent en soirée par un magnifique feu d’artifice donné sur le Danube.

Statue de Saint-Etienne et de la reine Gisèle
Statue de Saint-Etienne et de la reine Gisèle à Budapest © Pascal Michau – Guide Hongrie